Archives de
Catégorie : Finances personnelles

Crédit auto, définition et comment y souscrire

Crédit auto, définition et comment y souscrire

Comme pour le crédit destiné à la consommation ou encore le prêt immobilier, il est également possible de faire une demande de soutien financier à un organisme spécialisé pour l’acquisition d’un véhicule. Le crédit auto permet au souscripteur de réaliser son projet en contrepartie d’un remboursement par mensualité.

Que couvre le crédit auto ?

Lorsqu’on parle de crédit auto, l’achat d’un véhicule est tout de suite au rendez-vous. Qu’il s’agisse de l’acquisition d’une voiture neuve ou bien d’une occasion, ce type de prêt vous permet d’avoir la somme correspondante aux prix du bien.

Outre la voiture, le crédit peut également financer d’autres véhicules de locomotion comme une moto, un utilitaire, une remorque ou encore une caravane. L’argent offert par le préteur couvre également les frais d’entretien, les assurances ainsi que les accessoires et équipement de la voiture.

Crédit auto et simulation

Pour faire une demande de crédit auto pas cher, il est essentiel de remplir certains critères et de présenter auprès de l’établissement financier certains documents. En plus des justificatifs d’identité obligatoire, des preuves de paiement sont nécessaires si le souscrit est un salarié. Le non-salarié quant à lui doit fournir des avis d’imposition.

Pour ce qui est du choix de l’établissement à adopter, le frais et les garanties sont à vérifier. Pour cela, les différents sites de simulations de crédit auto sont d’une grande aide. Elles offrent une large sélection de banques et d’organismes financiers proposant des services particulièrement avantageux.

Ainsi, vous saurez à l’avance avec la simulation de crédit auto la valeur de la mensualité que vous êtes en mesure d’effectuer et le délai de remboursement. Enfin, cet outil permet de comparer les taux les plus avantageux. Ce sont ces derniers qui définissent le prix global du prêt. Ainsi, une comparaison des intérêts par rapport au taux effectif global est essentielle.

Le crédit auto est une solution parfaite si l’on souhaite acheter une voiture ou un autre véhicule. Le prêt se paie par mensualité et présente des intérêts fixes qui définissent à la fin le coût global du crédit. Toutefois, les garanties ainsi que les différents frais sont à considérer avant de choisir le prêteur.

Comment souscrire une assurance-vie ?

Comment souscrire une assurance-vie ?

La souscription à une assurance-vie est une sorte de garantie pour l’adhérent de laisser quelque chose à ses ayants droit lorsqu’il décède, mais en même temps elle va aussi lui permettre d’avoir un certain fonds à sa mise à la retraite si telle était l’objet du contrat. C’est un contrat qui est très utilisé dans le milieu bancaire. Par conséquent, y cotiser est assez facile.

Qui peut contracter ce genre de placement ?

Théoriquement, c’est un fonds à la portée de tout le monde. Mais comme il est question d’un contrat, il existe certaines incapacités pour certaines catégories de personnes, comme le cas d’un mineur par exemple. L’accord de celui qui veut s’assurer est à mentionné obligatoirement dans le contrat.

Deux situations peuvent se présenter avec ce type d’assurance. La première est que c’est le contractant lui-même qui en est le bénéficiaire. Dans ce cas, il décide de débloquer les fonds à un certain âge. Les assurés choisissent généralement le moment de leur mise à la retraite. La deuxième possibilité est que le bénéficiaire est une personne proche du signataire.

L’attributaire aura droit à une certaine somme au décès du titulaire du contrat. Le changement des termes du contrat est faisable sur simple expression de la volonté de l’assuré.

Où souscrire ce genre d’assurance ?

L’assurance-vie peut être signée auprès de tous les établissements financiers qui la proposent. Les banques ou encore les compagnies d’assurance en détiennent le monopole. Mais de petites structures, notamment sur la toile, en proposent de plus en plus avec des offres défiant toute concurrence. L’utilisation des comparateurs est le meilleur moyen de s’assurer de trouver le meilleur investissement.

Les prêts personnels entre particuliers ou le crédit PAP (particulier à particulier)

Les prêts personnels entre particuliers ou le crédit PAP (particulier à particulier)

Les prêts sont connus comme étant octroyés par des organismes reconnus ou par des banques. En général, le domaine est surtout occupé par des établissements reconnus et ayant le droit légalement de le pratiquer.

Il se peut que soudainement vous ayez besoin d’argent dans les plus brefs délais. Il est bien connu et d’usage que dans ce genre de cas, le mieux à faire est de faire une demande d’emprunt auprès d’une banque.

Or, il est bien possible de faire des emprunts entre particuliers. Il l’est d’autant plus facile s’il est question de prêt personnel. Plus de la moitié des gens ne le savent pas mais ils peuvent se prêter de l’argent entre eux. Il n’y a donc pas d’intermédiaire et seules les deux personnes sont concernées par l’affaire. Les conditions fixées ne dépendent alors que des deux partis et cela est très variable.

Le PAP différent de la banque et des organismes

A la différence des banques et des organismes, le prêt entre particuliers n’est pas limité à des contraintes parfois très étouffantes. La durée d’un emprunt octroyé à un particulier va de 3 à 5 ans mais cette durée n’est qu’une généralité car cela dépend du pays.

Le PAP a été depuis quelque temps une solution miracle pour ceux dont le revenu est assez limité. Il permet de se fait d’avoir l’opportunité de se faire octroyer un prêt facilement sans essuyer des refus comme dans le cas des banques.

Ces dernières sont très strictes sur les revenus des clients. Le PAP présente aussi des taux et des mensualités très différents de ceux des banques ou des organismes spécialisés. En effet, avec la crise qui monte en flèche, les banques n’hésitent pas à monter les taux au point que l’emprunt devient un remboursement très lourd après quelques mois.

Outre tout cela, le PAP présente moins de contraintes administratives. La personne n’est pas obligée de fournir une tonne de papiers. L’accord peut se faire à l’amiable et un contrat peut être signé avec la présentation de quelques documents seulement. Dans tous les cas, en PAP aussi bien le prêteur que l’emprunteur bénéficie de plusieurs avantages.

Prêt personnel, les montants octroyés (plafonnement)

Prêt personnel, les montants octroyés (plafonnement)

Le financement des projets est devenu de plus en plus difficile depuis quelques années. Avec la crise qui monte en flèche, les gens ont du mal à joindre les deux bouts et encore moins financer des projets à titre personnel. C’est dans ce contexte un peu difficile que les crédits entre en jeu.

Les crédits sont des moyens de se financer en se faisant octroyé de l’argent par des banques et des organismes. Les crédits sont divisés en plusieurs options et une parmi elles le prêt personnel.

Le prêt personnel est une somme octroyée dans le but de financer de petits projets personnels (achats de matériaux, etc.). La personne qui veut faire un prêt personnel est tenue de s’informer auprès de la banque, prendre en compte des conditions imposées et faire une souscription après.

A noter que le prêt personnel est suivi d’un taux et d’une mensualité qui sont variables en fonction de la somme empruntée et de la banque.

Somme octroyée : un plafonnement bien défini

Bien qu’il s’agisse d’un prêt, la somme octroyée connait cependant des limites. En effet, les banques et les organismes sont tenus de prêter de l’argent à un montant bien défini (sur un maximum défini sur une échelle). L’octroi de la somme est suivi d’une vérification de l’achat devant être effectué par le client (préalablement un devis). Le plafond de la somme octroyée par la banque est de 75000 euros.

Ce plafond est imposé afin de protéger le code de la consommation. Ce plafonnement imposé permet au client de rester dans le contrat et de jouir des protections et des modalités liées au code de consommation.

Si le plafonnement est respecté, le client peut jouir des avantages présentés par la banque ou par l’organisme. Même si la loi impose cette somme plafonnée, il existe cependant des cas où la somme est vite dépassée. Dans ce genre de cas, le client est soumis à de nouvelles conditions.

Le rachat de crédit et après ?

Le rachat de crédit et après ?

L’obligation d’information antérieure au rachat de crédit

Entre le moment où le prêteur accepte le rachat de crédit et où celui-ci est réalisé, certaines formalités doivent être accomplies. Il incombe à l’emprunteur d’établir un document d’information faisant le recensement de tous les prêts en cours et des dettes à regrouper, afin de vérifier que la situation rassemble les conditions du prêt de regroupement.

Le prêteur doit également informer l’emprunteur des incidences de l’opération sur sa situation initiale. Les droits que celui-ci détenaient peuvent être impactés, notamment en matière de cautionnement, d’assurances ou du droit d’action qu’il disposait contre le prêteur initial.

L’emprunteur doit également se voir remettre un document fixant les modalités pratique de la souscription. La liste des démarches à réaliser par les parties, la date d’échéance du remboursement des prêts restructurés. Il faut noter que, depuis le 1er octobre 2016, une fiche d’information standardisée européenne doit obligatoirement être remise à l’emprunteur pour les regroupements de prêts immobiliers.

Dès lors que les formalités ont bien été accomplies l’emprunteur se trouve lier et s’engage à rembourser le nouveau prêt contracté. Dans l’hypothèse contraire, le prêteur enclenchera les mécanismes de garanties dont il dispose. Il existe cependant un délai pendant lequel le souscripteur peut revenir sur sa décision.

La rétraction du rachat de crédit

Après la signature de l’offre de rachat, le souscripteur dispose d’un délai de 10 jours dans le cas d’un rachat de crédit immobilier et de 14 jours dans le cas d’un rachat de crédit à la consommation pour se rétracter. La durée de rétractation figure dans le contrat, qu’il convient de lire très attentivement.

La demande doit être effectuée par courrier recommandé avec accusé de réception. Un bordereau de rétraction prévu à cet effet accompagne obligatoirement le contrat de prêt. Aucune motivation n’est nécessaire et l’organisme concerné ne peut facturer l’étude du dossier.

Si la remise des fonds a été réalisé avant la rétractation, l’emprunteur dispose d’un délai de 30 jours pour restituer le capital mis à disposition et les intérêts calculés sur la période de mise à disposition.

Les taux des crédits immobiliers étant historiquement bas, faut-il encore aujourd’hui passer par un courtier en prêt immobilier ?

Les taux des crédits immobiliers étant historiquement bas, faut-il encore aujourd’hui passer par un courtier en prêt immobilier ?

Le courtier se revendique le spécialiste des prêts. Mais qui est-il vraiment ? Le courtier est un intermédiaire en opération de banque (IOB), il est chargé de vous représenter auprès des organismes de crédit. Actuellement, 40 % des prêts immobiliers se font par leur intermédiaire.tu iras moins au resto

Passer par un courtier, un gain de temps ?

Lors d’un achat immobilier, suite à la signature du compromis de vente, vous avez généralement entre 45 et 60 jours pour trouver un financement. Ce délai est relativement court car vous devrez voir différentes banques pour pouvoir trouver la meilleure offre. Il vous faudra donc rapidement trouver du temps dans votre planning. Face à ces contraintes, le courtier peut être une solution. Il vous proposera généralement une offre de prêt immobilier dans un délai d’une à deux semaines.

En remplissant votre dossier chez un courtier, il va ensuite être transféré à des dizaines d’organisme bancaire. De plus, le courtier va privilégier les banques qui correspondent le plus à votre profil. Bénéficiant ainsi de son réseau, vous gagnerez un temps précieux et vous éviterez plusieurs rendez-vous fastidieux.

Les frais de courtage sont-ils amortissable?

De nombreuses études ont montré que les taux obtenus par l’intermédiaire des courtiers sont meilleurs. En négociant d’importante somme d’argent, il parvient à obtenir des taux qui sont plus avantageux. Les économies réalisées peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers d’euros.

En appliquant le même principe, le courtier peut également vous négocier une assurance pour votre prêt immobilier. Les quelques dixièmes que vous avez âprement négociés sur le taux peuvent être perdus si votre assurance de crédit immobilier est trop onéreuse. Un bon courtier pourra ici vous faire économiser plusieurs milliers d’euros en passant par une délégation d’assurance.

Pourquoi réaliser un rachat de crédit à caractère immobilier ?

Pourquoi réaliser un rachat de crédit à caractère immobilier ?

L’inéluctable recours au crédit immobilier

Certaines périodes sont plus propices à la souscription de crédits que d’autres. Tel est le cas pour l’immobilier. Il est en effet classique de recourir au crédit, pour la simple et bonne raison que, le plus souvent, l’épargne disponible ne permet pas de financer certaines acquisitions.

Que ce soit pour acquérir un terrain à construire, un bien immobilier à usage professionnel ou d’habitation, pour rénover un bien reçu en héritage, ce type d’opération de crédit reste un passage obligé pour la majorité des ménages.

Cependant, certaines opérations ont pu être réalisées à la hâte, sans égard pour la concurrence et présentent des taux d’intérêt souvent très élevés avec une durée de remboursement trop longue. Mais il ne s’agit pas là d’une fatalité.

L’intérêt du rachat de crédit immobilier

Ces dernières années, beaucoup ont compris que les emprunts contractés par le passé n’étaient pas gravés dans le marbre. Ils peuvent même être renégociés à leur avantage avec la banque de souscription initiale ou bien avec d’autres interlocuteurs. Bien qu’en ce début d’année 2016, les taux d’intérêt accusent une relative hausse, force est de reconnaître que depuis quelques temps le coût des emprunts est relativement bas.

C’est donc le bon moment pour les emprunteurs de faire racheter leur crédit immobilier, en choisissant parmi les souscripteurs celui qui propose le taux d’intérêt le moins élevé. Ainsi, les intéressés pourront voir le montant mensuel de leur emprunt s’alléger, au même titre que la durée de remboursement. Par ailleurs, cette négociation peut être réalisée par des courtiers en rachat de crédit immobilier, lesquels négocieront la meilleure offre de financement.

Il faut toutefois prendre garde à ne pas souscrire à des emprunts indexés sur des taux variables, au risque de voir le montant des mensualités s’envoler en cas de fluctuation du marché. A noter également que des frais de dossier pour l’ouverture du nouveau crédit sont à prévoir, ainsi que des frais de remboursement anticipé du prêt d’origine.

Quelles peuvent être les différences entre deux courtiers ?

Quelles peuvent être les différences entre deux courtiers ?

En règle générale, passer par un courtier pour l’obtention d’un crédit immobilier ou d’un rachat de crédit s’avère très rentable. Néanmoins, vous pouvez dans certains cas avoir de mauvaises surprises.

L’intégration des frais de courtage dans le prêt immobilier

Dans un marché en pleine effervescence, boosté par des taux bas, la concurrence fait rage. Dans ces conditions favorables d’obtention de crédit, afin de rester compétitif, les courtiers ont accepté de baisser leur marge. Les frais de courtage ne doivent donc pas dépasser 1 % du prix de l’acquisition de votre bien immobilier. Au-delà, passez votre chemin et allez toquer à la concurrence.
Bien que rentables à long terme, les frais de courtage représentent quelques milliers d’euros.

Il est très important de bien vérifier si ces honoraires sont inclus ou non dans le prêt immobilier. Insistez bien sur ce point, cela représentera quelques euros par mois sur la durée de votre prêt. Néanmoins, si cette facture n’est pas intégrée au prêt et que vous ne l’avez pas provisionnée, cela peut faire un trou dans votre budget.

Dans le même principe, sachez que vous pouvez intégrer les autres frais annexes dans votre prêt (frais de notaire, frais de dossier bancaire, cautionnement). Demandez à votre courtier de vous aider dans cette négociation ou de choisir des organismes bancaires acceptant ces conditions.

Ne payez surtout pas un acompte à votre courtier

Certains courtiers peu scrupuleux peuvent vous demander de payer un acompte pour pouvoir commencer leurs recherches. Sachez que dans la profession, il est admis que les frais de courtage soient payés, si et seulement si vous signez votre crédit immobilier par son intermédiaire.

Afin de bien vérifier la réelle économie consentie par votre courtier, demandez à votre banquier de vous réaliser une simulation pour votre crédit immobilier. Petite astuce, dans un premier temps, ne lui donnez pas le prêt obtenu par votre banque. Attendez sa proposition, ainsi il cherchera vraiment la meilleure offre.

Les avantages et les inconvénients d’une assurance-vie

Les avantages et les inconvénients d’une assurance-vie

Ce serait un euphémisme de dire que l’assurance-vie est une garantie pour toute la vie étant donné que le terme même du contrat se trouve dans l’existence de l’adhérent. Elle représente donc un grand pas auquel il faudra réfléchir murement. Faire la balance entre les atouts et les désavantages de ce genre de placement financier est impératif avant de s’engager.

Les principaux avantages de cette assurance

Ce type de garantie possède plusieurs pôles d’attractivité qui magnétisent de plus en plus de clients.

  • Elle permet à son bénéficiaire de disposer d’un fonds suivant les termes convenus dans le contrat. Le premier avantage est bien sûr pécuniaire. Il permet à la personne mentionnée dans l’obligation d’obtenir une certaine somme d’argent lorsque l’objet convenu dans le contrat est bien respecté.
  • Un fonds qui ne sera pas soumis aux droits de succession. Si ce capital est considéré comme étant un sujet d’héritage, il serait taxé en tant que tel. Seulement, le droit positif considère que ce type d’assurance n’est pas sujet à ce système, notamment lorsque le montant est inférieur à 152 000 euros.
  • Un système fiscal intéressant : actuellement, la fiscalité de ce type de produit financier est plus avantageuse que celle du livret A. C’est pour dire que même avec des taux qui ont été revus à la baisse ces dernières années, il propose quand même un avantage certain au niveau des taxes à payer.

Les inconvénients de ce type d’actif

Ce produit des compagnies d’assurance présente aussi des défauts certains qui peuvent faire reculer le client.

  • Un management plus onéreux : le coût d’administration de ce genre de placement est incroyablement élevé pour un actif financier sur du long terme. En effet, on reste entre 0.1 et 0.4 du capital. Ce qui est déjà très élevé dans le microcosme financier.
  • Remise à zéro si une séparation avec l’époux avant la période de maturité de 8 ans du fonds : une assurance-vie n’est pas vraiment intéressante avant cette maturité (taxe entre 15 et 30 % selon la période). Or, si les époux venaient à se séparer, il faudra procéder à un rachat de l’assurance pour liquider les biens en commun. Alors, l’adhérent devra tout recommencer.
Quels sont les avantages offerts par le rachat du crédit fonctionnaire ?

Quels sont les avantages offerts par le rachat du crédit fonctionnaire ?

Les fonctionnaires n’ont pas accès à des types spécifiques de rachat de crédits, mais ils bénéficient de conditions plus favorables comparées aux autres catégories professionnelles. La sécurité de l’emploi et la stabilité offerte par le fonctionnariat permettent aux salariés de ce statut de négocier plus facilement avec les établissements bancaires.

À titre de rappel, le rachat de crédit permet à un fonctionnaire de rassembler ses différents crédits en seul, d’avoir accès à une mensualité réduite et de ne pas changer de banque.

Par ailleurs, le rachat de crédit permet également au fonctionnaire de rééquilibrer son budget et d’assainir sa situation financière. Facilement, un fonctionnaire peut obtenir un rachat de crédit à la consommation échelonné sur 12 ans sans garantie et jusqu’à 25 pour un rachat de crédit avec garantie hypothécaire.

Un statut privilégié

Il tient lieu de noter que même un fonctionnaire fiché au FICP ou Fichiers des Incidents de Remboursement des Crédits aux particuliers peut tout de même avoir accès à son rachat de crédit, ce qui ne sera pas le cas pour un particulier.

Lorsque la Banque de France vous a fiché comme étant une personne qui n’a pu payer ses crédits contractés, il vous sera très difficile, voire impossible d’obtenir un autre crédit. Cette fois encore, le statut socioprofessionnel du fonctionnaire joue en sa faveur, mais le rachat ne sera accordé qu’après une étude poussée des dettes à racheter, de l’âge et des dépenses mensuelles du fonctionnaire.

Dans ce cas de figure, le FICP devra présenter une garantie salariale du type cession de salaire. Ainsi donc, une partie du salaire du fonctionnaire sera directement destinée au remboursement de son rachat de crédit. Dès lors que son dossier est accepté et que le nouveau contrat de crédit est signé par les deux parties, les fonds du nouvel emprunt sont débloqués afin de solder les anciens crédits.