Archives de
Catégorie : Finances personnelles

Crédit consommation, est-il difficile à obtenir?

Crédit consommation, est-il difficile à obtenir?

Dans le contexte actuel de taux bas, il est très tentant d’avoir recours au crédit pour consommer. Encore faut-il trouver un établissement prêteur… Or, si les banques peuvent actuellement se financer facilement sur les marchés, leur capacité à assurer leur rôle de prêteur est restreinte par l’effet cumulé de marges réduites par la faiblesse des taux, et d’exigences réglementaires de plus en plus contraignantes ; elles sont donc d’autant plus sélectives sur la qualité des emprunteurs.

Alors, un crédit à la consommation est-il difficile à obtenir ?

Tout dépend de la situation individuelle du demandeur. En effet, avant d’octroyer un crédit, un établissement financier doit analyser la situation financière de l‘emprunteur, et son évolution prévisible.

N’oublions pas que la banque ne prête pas sur ses fonds propres : c’est l’argent des clients déposants qui est transféré à d’autres clients sous forme de crédit. Afin de protéger les avoirs des déposants, la banque doit donc s’assurer de la capacité de remboursement de l’emprunteur.

Quels sont les critères d’octroi d’un crédit à la consommation ?

Le premier élément d’analyse est la situation professionnelle de l’emprunteur, pour s’assurer de la régularité et de la pérennité de ses revenus. Sans un CDI confirmé (période d’essais passée), il est pratiquement impossible de se voir attribuer un prêt consommation.

On peut le regretter, d’autant que certains contrats « précaires » offrent de meilleures garanties sur de courtes durées : en effet le licenciement d’un salarié en CDD ou d’un intérimaire est pratiquement impossible, ce qui garantit la régularité des revenus sur toute la durée du contrat. Mais c’est un élément à prendre en compte pour éviter les mauvaises surprises…

Ensuite le banquier analyse le « reste à vivre », c’est-à-dire le revenu restant disponible après le paiement des mensualités de crédits déjà existants. Les établissements financiers considèrent en général que le « reste à vivre » doit s’élever au minimum aux deux tiers des revenus nets. Le total des échéances mensuelles de crédit (y compris crédit immobilier et éventuels crédits « revolving ») ne doit donc pas être supérieur à 33% des revenus net mensuels.

Ce taux est toutefois modulable car la tolérance à l’endettement va croissante avec les revenus (une plus faible part d’un revenu élevé suffisant à pourvoir aux besoins du quotidien). Certains abattements sont également possibles, notamment dans le cas de crédits immobiliers servant à financer des investissements locatifs.

Enfin, le prêteur vérifiera également l’éventuelle existence d’incidents de paiements, signalés dans le fichier central des chèques ou dans le fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers.

Donc, si vous êtes en CDI (hors période d’essai), que vos mensualités de crédits en cours sont inférieures à 33% de vos revenus, et que vous n’êtes pas répertorié pour incident de paiement ou de crédit, vos chances d’obtention d’un crédit à la consommation sont excellentes.

Si vous ne remplissez pas ces trois critères, un examen plus approfondi de votre dossier sera nécessaire, et vous pourriez avoir besoin d’un garant.

Frais de notaire, ce qu’il faut savoir

Frais de notaire, ce qu’il faut savoir

Les frais de notaire sont inévitables lors d’une transaction immobilière. Ces derniers représentent en moyenne 7 % du prix d’achat d’un bien. Ils ne cessent pourtant pas de faire parler d’eux, car représentant dans la plupart des cas une somme conséquente.

Voyons ainsi, ce qui est vraiment compris dans ces frais. Cependant, il faut savoir qu’ils ont pour but de garantir que la transaction s’est déroulée selon les normes.

Les frais représentent-ils le salaire du notaire ?

Ces frais sont aussi dénommés frais d’acquisition, ce qui fausse l’idée qu’on peut en avoir comme quoi il est dédié au notaire. Le prix d’un bien immobilier, qu’il soit neuf ou en ancien, ne comprend généralement pas ces frais de notaire. La rémunération du notaire quant à elle ne représente qu’une part de ces frais en question.

La répartition des frais de notaires

La part majeure des frais de notaires est constituée d’impôts et de taxes. C’est seulement ensuite que l’on retrouve les déboursés et la rémunération du notaire. En effet, jusqu’à 80 % de vos frais de notaires sont répartis entre taxes et impôts qui sont directement dus à l’État et aux collectivités locales.

Ainsi, le notaire aura à s’assurer que ces impôts et taxes liés au changement de propriétaire soient recouverts. Par ailleurs, dans ces frais, seront également inclus les droits d’enregistrement et la TVA. 10 % de ces frais représentent ce qu’on appelle les débours ou déboursés. Ils auront pour but de rémunérer tout acteur ayant pris part à la transaction (géomètre, bureau des hypothèques, etc.). Ils comprennent aussi le payement du coût des documents nécessaires pour cette transaction (documents d’urbanisme, cadastre, etc.).

Enfin, la partie rémunération du notaire est en fait destinée à lui permettre de faire fonctionner son office notarial. Ce dernier assurant un service public, ses tarifs seront ainsi fixés par le ministère de la justice. Ils seront les mêmes pour tous les offices notariaux de la France entière.

Pour pouvoir estimer ces frais, de nombreux sites web proposent leur service de calcul de frais de notaire facile. En fonction des différents paramètres, vous pourrez ainsi avoir un montant purement indicatif. Ce montant peut encore varier selon les spécificités du bien.

Prêt personnel, pourquoi ce crédit est si populaire ?

Prêt personnel, pourquoi ce crédit est si populaire ?

Un prêt personnel est un emprunt non garanti avec des taux d’intérêt fixes ou variables qui peuvent être utilisés pour consolider la dette ou faire un gros achat. De plus, les taux d’intérêt sur les prêts personnels sont souvent beaucoup plus bas que ceux appliqués sur les cartes de crédit, qui varient généralement de 10 à 20% (ou plus). Cet état de fait explique sûrement l’engouement des personnes à recourir à cette formule. Les détails dans l’article qui suit.

Taux de crédit : levier pour l’acquisition d’un prêt personnel

En général, les personnes ayant un bon crédit prennent de plus en plus de prêts personnels pour acheter des voitures, payer des mariages, consolider la dette et bien plus encore. Choisir un prêt personnel est plus facile lorsqu’on jouit d’une bonne et excellente situation  financière. Ce concept est très attrayant, car il offre des avantages à plusieurs niveaux.

Des démarches facilitées

La popularité de cette option financière est qu’elle offre plus de commodité à son bénéficiaire. De plus, l’avènement de l’internet et les évolutions qu’il a apportées en sont pour quelque chose. En effet, obtenir un prêt personnel de nos jours est devenu très pratique et facile.

Le temps où vous devriez passer obligatoirement auprès de votre banque locale pour postuler, attendre votre approbation et le déblocage des fonds est révolu. Actuellement, vous effectuez l’ensemble du processus en ligne d’autant plus que la plupart des établissements bancaires proposent ce service.

Des offres ajustées à vos besoins

Il existe une multitude de fournisseurs de prêts en ligne sur la Toile. Une fois que vous avez trouvé le prêt avec les termes que vous souhaitez, il vous suffit de remplir une demande en ligne et d’attendre l’approbation.

Dans la majeure partie des cas, le processus peut durer moins de 24 heures, car votre argent est déposé sur votre compte bancaire le même jour que vous soumettez. En outre, la plupart des prêts étant non garantis, vous n’aurez aucun souci à vous faire concernant les garanties quelconques; un bon credit sans justificatif et un revenu élevé sont tout ce qu’il vous faut pour en bénéficier.

10 moyens de réduire ses impôts sans l’immobilier

10 moyens de réduire ses impôts sans l’immobilier

Chacun sait qu’à ce jour les impôts sont toujours trop élevés et face à ce dilemme tout le monde voudrait trouver des solutions pour obtenir des abattements fiscaux. Or, il existe pour cela une dizaine de possibilités d’exonérations répertoriées telles que:

  • la commandite de petites et moyennes entreprises (PME) dès lors que l’allocataire participe à son investissement. La réduction d’impôt à 18% des paiements réalisés dans la PME. La limite maximum du placement est de vingt mille Euros pour une personne seule et quarante mille Euros pour deux,
  • les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) qui sont un amalgame entre l’investissement budgétaire et immobilier consistant à obtenir des quotes-parts d’établissements civils de placements immobiliers. Pour prétendre à l’abaissement fiscal, il faut impérativement sélectionner des SCPI fiscales et non de rendement,
  • Les Fonds Communs de Placements dans l’Innovation (FCPI) et les Fonds d’investissement de Proximité (FIP) prévus pour les personnes imposées qui ne désirent pas investir dans une PME. Le bénéfice fiscal accordé est de l’ordre de 18% des versements réalisés si inférieur à douze mille Euros pour une personne et vingt quatre mille Euros pour deux,
  • l’épargne retraite nécessaire de nos jours pour économiser et préparer une rente supplémentaire de retraite. Avec ce produit, vous anticipez d’une part au renflouement de votre future pension mais en plus vous jouissez de réductions d’impôts la concernant, qu’elle soit personnelle ou groupée,
  • les donations et allocations vous font bénéficier, elles, d’une baisse d’impôt uniquement si les organisations receveuses ne sont pas rémunératrices mais essentiellement d’intérêt général. Elle correspond à 66% de réduction de la somme versée pendant l’année, sans dépasser 20% du revenu imposable global net. Puis 75% d’abattement fiscal concernant les dons destinés aux organismes procurant des soins, livrant des plateaux-repas ou offrant un logement aux plus défavorisés, et cela à hauteur de cinq cent vingt et un Euro,
  • l’investissement forestier dans le cas où vous réalisez un placement en trésorerie et une gérance de biens privés. L’achat peut être une forêt ou encore un sol vierge en attente d’une plantation d’arbres,
  • l’investissement dans une société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel (SOFICA) reconnue dans le financement des créations audiovisuelles pour appliquer l’exonération fiscale. Elle est de 30% des montants engagés inférieurs à dix huit mille Euros par an ou 25% du revenu global net annuel,
  • emplois et services à domicile sont habilités aussi pour vous faire bénéficier d’une baisse d’impôt sous la forme de crédits d’impôt. La réduction fiscale n’est attribuée qu’aux particuliers imposables travaillant à mi-temps ou à plein temps ou en recherche d’emplois,
  • la garde d’enfants à l’extérieur effectuée soit chez une assistante maternelle déclarée ou dans une structure agrée,
  • l’acquisition d’une voiture dite « propre » (GPL/GNV/électrique)vous permettant une exonération variant entre trois cent et cinq mille Euros selon la densité de rejet du CO2.

Ces techniques sont des pistes de relaxions pour comprendre comment payer moins d’impôt. Renseignez vous sur chacune d’elle pour savoir s’il elle est adaptée à votre situation fiscale.

Comment procéder au regroupement de crédit ?

Comment procéder au regroupement de crédit ?

La restructuration de crédits

S’il est un domaine où la maxime selon laquelle « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier » ne se vérifie pas, c’est bien en matière de crédit. La multiplication des offres de prêts et des établissements génère en effet une certaine dispersion des souscriptions.

L’emprunteur peut avoir contracté plusieurs types de prêts, que l’on songe aux crédits à la consommation ou au crédit immobilier et, ce, auprès de diverses banques et organismes de crédits. Il en résulte notamment de lourdes mensualités et un pouvoir d’achat réduit. La solution consiste alors à procéder à un regroupement de crédits.

Les crédits visés

Aux termes de l’article R. 314-19 du code de la consommation le regroupement de crédits s’entend d’une opération de crédit dont l’objet est « le remboursement d’au moins deux créances antérieures dont un crédit en cours ». Par conséquent, le rachat de crédit n’est pas applicable lorsque n’a été contracté qu’un seul crédit, qu’il soit immobilier ou à la consommation.

Il s’agit en effet d’un domaine très réglementé qui obéit à des règles strictes. Le dossier doit être réalisé avec soin, puisque c’est sur celui-ci que le prêteur va fonder sa décision. L’organisme prêteur est surtout attentif au taux d’endettement qui résulte de l’opération, lequel ne doit pas dépasser un seuil qui varie de 40% à 45%. D’autres critères tels que l’âge, la situation familiale et professionnelle, les incidents de paiement, sont pris en considération.

Il est donc primordial de monter son dossier en tenant compte de ces éléments. Ces précautions inhérentes aux risques que prend le prêteur ne doivent pas lui être réservées. L’emprunteur doit être vigilant et attentif aux taux d’intérêt, à la durée de remboursement et aux divers frais de dossier. Un comparateur de rachat de crédit est donc nécessaire pour trouver le meilleur taux rachat de crédit.

Prêt personnel, les documents à avoir impérativement

Prêt personnel, les documents à avoir impérativement

Alors que des siècles auparavant, les emprunts se faisaient à travers des gages matériaux, il n’en est plus ainsi de nos jours. Les emprunts se font à l’amiable à travers un contrat tacite et le remboursement se fait par le retour de la somme empruntée.

Le prêt personnel est concerné par ce cas. Le prêt personnel en ligne est un emprunt octroyé par une banque ou un organisme spécialisé dans le but de financer de petits projets qui ne présente pas pour la plupart du temps une grande envergure.

Le prêt est donc utilisé à titre personnel et à des fins qui peuvent être mentionnés dans le contrat. La personne devant souscrire à ce dernier est tenue de s’informer auprès de la banque et de prendre connaissance des conditions préalablement imposées. Ayant prise en compte ces dernières, la personne doit fournir des documents.

Les documents obligatoires

Comme toute souscription des documents sont obligatoirement à fournir. La totalité étant surtout des pièces justificatives, elles permettent à la banque de prendre en compte ou non la demande du client.

Lors d’une demande d’emprunt personnel auprès d’une banque ou d’un organisme spécialisé dans le domaine, les pièces suivantes doivent être à la disposition du client : une photocopie recto verso de sa carte d’identité (dans le cas d’une perte, une déclaration de perte et une autre pièce justificative d’identité comme un passeport), une photocopie des papiers qui certifient ses revenus par mois, par an ou par semaine selon le cas, un relevé d’identité bancaire, une photocopie de la taxe foncière, les bulletins de son salaire ( habituellement ceux des trois derniers mois), un certificat de résidence ou un papier qui atteste son hébergement s’il habite chez une autre personne.

Ces documents sont sur demande de la banque ou de l’organisme et doivent être fournis par le client à un délai fixé par l’organisme.

Comparer deux offres de prêts immobiliers

Comparer deux offres de prêts immobiliers

La comparaison d’offre de prêts immobiliers peut sembler relativement complexe. Le TAEG (Taux Annuel Effectif Global), vous permet d’analyser objectivement vos différentes offres de crédit immobilier. Propres à chaque banque, les contrats de prêt sont également à analyser scrupuleusement.

Comparaison du TAEG

A partir du premier octobre 2016, la valeur du TAEG doit obligatoirement apparaître sur vos offres de crédit immobilier. Il représente le coût réel de votre prêt. Il prend en compte le taux négocié et l’ensemble des frais annexes (frais de dossier, de garantie, d’assurance de prêt, frais fiscaux, d’intermédiaire comme les courtiers).

Les taux étant actuellement historiquement bas, les crédits immobiliers se font à taux fixe, ce qui rend la comparaison des TAEG très aisée. Néanmoins, pour pouvoir les comparer, les différents prêts immobiliers doivent avoir le même nombre de mensualités. Dans ces conditions, le crédit immobilier ayant le TAEG le plus bas sera le meilleur.

L’analyse des différents contrats de prêt

Lorsque vous signez un prêt avec un établissement bancaire, vous êtes liés par un contrat. Sa principale fonction est d’assurer les personnes signataires en cas de décès et d’invalidité. Mais il fixe également la modularité de votre prêt et vos pénalités en cas de remboursement anticipé.

Si vos revenus évoluent à la baisse ou la hausse, vous ne pourrez pas toujours modifier vos mensualités. Avec certain prêt, vous avez même la possibilité en cas de coup dur, de suspendre le paiement d’une mensualité par an. Soyez bien attentif à ces points, et signez en toute connaissance de cause. Il s’agira donc de faire le bon compromis entre le TAEG et le contrat de prêt qui lui est associé

Le rachat de crédit fonctionnaire

Le rachat de crédit fonctionnaire

Malgré des revenus stables et réguliers, un agent fonctionnaire peut se retrouver sans une spirale d’endettement qui l’empêche d’honorer le paiement mensuel de ses crédits. Pour l’aider à se tirer de ce mauvais pas, le fonctionnaire est autorisé à demander un nouveau crédit qui regroupe ses contrats de crédits précédents et que l’on désigne à travers le rachat de crédit.

Que faut-il savoir sur le rachat de crédit ?

Le rachat de crédit est une opération bancaire qui consiste à rassembler les nombreux contrats d’emprunt d’un agent fonctionnaire en un seul et unique crédit. Cette opération concerne toutes les catégories de fonctionnaires, à savoir les fonctionnaires de l’État, les fonctionnaires territoriaux, les fonctionnaires hospitaliers, les salariés assimilés fonctionnaires, les salariés des établissements publics, les policiers et les militaires. Peuvent également prétendre à ce rassemblement de crédits, les salariés d’EDF, de la SNCF, de la RATP et de France Télévisions.

Le rachat de crédit fonctionnaire est similaire à la formule destinée aux particuliers ainsi qu’aux autres catégories professionnelles.

En d’autres termes, les anciens crédits à la consommation et les crédits immobiliers auront la possibilité d’être soldés de façon totale ou partielle. Si l’emprunteur fonctionnaire est possesseur d’un crédit immobilier et que la somme d’argent subsistante de ce prêt représente plus de 60 % des sommes totales au demeurant, son contrat sera systématiquement basé sur la législation du crédit immobilier.

Par contre, si l’emprunteur n’a contracté aucun crédit immobilier ou s’il dispose d’une part inférieure à 60 % sur ses encours immobiliers, le rachat de crédit sera alors basé sur la législation du crédit à la consommation. L’établissement de crédit qui accorde le financement au fonctionnaire s’occupe de rembourser les sommes dues auprès de ses anciens créanciers.

Cette somme d’argent que le fonctionnaire aurait dû payer est ensuite reportée dans son nouveau contrat de crédit qui inclut un seul taux d’intérêt et une durée de remboursement réévaluée suivant les besoins de l’emprunteur.

Ce dernier bénéficiera également d’une mensualité réduite en comparaison à celle qu’il a contractée initialement. Le fonctionnaire désireux d’obtenir un aperçu des solutions mises à sa disposition devra demander une étude de faisabilité auprès d’un établissement financier ou sur un portail web spécialisé. Vous pouvez effectuer une simulation de rachat de crédit pour vous si cette opération sera bénéfique pour vous.

La Banque en ligne va-t-elle devenir la banque préférée du monde

La Banque en ligne va-t-elle devenir la banque préférée du monde

La banque en ligne est apparue il y a quelques années, avec son accessibilité et ses services qui semblent très attrayants et surtout des couts très bas, elle a su rapidement séduire un grand nombre de personnes. Elle a rapidement gagné une place forte dans la guerre des banques.

En effet, de plus en plus de banques en ligne gagnent de plus en plus d’ampleur dans le monde de la banque, Boursorama, Fortuneo ont récemment démontré leurs puissances avec leurs nouveaux sièges, l’un qui fonctionne déjà et l’autre qui est encore en construction.

Tout cela pour nous dire que les banques en ligne commencent à submerger le marché ; la preuve, les banques physiques ont pris certaines mesures pour y remédier, elles ont créé de nouveaux services qui permettent à leurs clients d’accéder à leurs comptes en ligne ou diminuer certains couts pour attirer plus de clients.

D’ailleurs leur peur est justifiée, une banque plus facile d’accès et qui ne demande pas directement de frais quelconques pour le compte est plus intéressante. Il est donc tout à fait normal que le peuple adhère petit à petit pour les banques en ligne.

Tout en ligne

D’après certaines prévisions, les banques en ligne comme le credit en ligne seront bientôt plus puissantes que les banques physiques qui vont petit à petit devenir désuètes et inutilisées.

Et ce phénomène se répand un peu partout dans le monde, d’ailleurs avec l’annonce de nouveaux systèmes qui permettent de reconvertir une monnaie en une autre à travers une banque en ligne, il devient beaucoup plus facile de voyager ou de faire des achats à l’étranger, ce qui représente un autre atout conséquent.

Mais la plus grande peur des clients est de voir leurs épargnes disparaitre à cause des « hackeurs » avides qui désirent s’emparer de cet argent qui flotte dans le web. Mais les banques ont déjà envisagé ces éventualités et se sont protégées pour éviter tous désagréments du genre.

Mais certains restent néanmoins sceptiques et préfèrent encore garder leur argent dans des coffres forts bien réels et bien solides. Ce qui rapporte au fait que dans quelques dizaines d’années, toutes les banques seront pratiquement toutes des banques en ligne.

Mutuelle santé, quelle est son rôle?

Mutuelle santé, quelle est son rôle?

Le rôle d’un établissement d’assurance consiste à couvrir financièrement sa clientèle dans diverses situations. Il existe ainsi différents mutuels garantissant un support ou le remboursement d’une dépense en cas de soucis.

Pour ce qui est de la santé, la loi oblige chaque individu à se souscrire à une assurance santé. Cette mutuelle se présente sous plusieurs formes et se prédestine surtout à supporter financièrement en cas de maladie.

À propos de la mutuelle santé

En plus de l’assurance obligatoire, la mutuelle santé est un contrat d’assurance permettant de bénéficier d’un remboursement d’une partie ou de la totalité des frais de consultation ou bien d’hospitalisation.

En contrepartie d’une cotisation, ce type d’assurance présente certains avantages pour le souscripteur. Il se voit comme une bonne alternative pour compléter les atouts présentés par la sécurité sociale. Elle peut être libre ou optionnelle selon le choix.

Principes et avantages de la mutuelle santé

Une mutuelle santé qu’elle soit individuelle ou familiale permet de minimiser les dépenses payer pour les frais médicaux. Elle prend en charge les frais de consultation et selon les termes du contrat les frais d’hospitalisation. Il se voit ainsi comme la solution idéale pour économiser. Différents établissements d’assurance proposent des formules de mutuelles particulièrement intéressantes.
Cela permet également d’adopter l’offre qui correspond le plus à votre situation ainsi qu’à la fréquence par laquelle vous consultez un médecin. En cas d’accident, les mutuelles remboursent en partie ou en intégralité les dépenses médicales. Selon, les conditions inscrites sur le contrat, elle peut couvrir une personne ou encore tous les membres de la famille.

Ainsi, il est essentiel de bien étudier le contrat avant sa signature en comparant les offres entre elles sur ce comparateur mutuelle santé par exemple. C’est ce terme qui définit les garanties de l’établissement d’assurance. En plus de cela, la cotisation, les taux de remboursements ainsi que les différents services proposés par l’enseigne sont à considérer. Il est possible que cette dernière ne demande qu’une petite somme pour la cotisation alors que les autres frais sont particulièrement onéreux.